Memento

Par Fabien

Publié le 16 décembre 2015

Ca y est, l’avion touche le vieux continent. Avec Victor, au petit matin, nous ouvrons la marche du retour. Les autres, Fanny, Luc, Kali, JC, Fred, François… nous collent au train dans le prochain vol pour Paris. Je suis sûr que comme moi, le cœur chargé, ils accusent le coup. Allez, je parie même qu’en attendant aux douanes françaises, ils égrènent sans trop s’en rendre compte les souvenirs de ces derniers mois.

Dans leur tête, j’imagine un bel embouteillage. Phnom Penh aux heures de pointe. Je ne suis resté que trois semaines au Cambodge, et déjà les impressions s’écrasent contre mon crâne comme des insectes affolés aux réverbères des nuits cambodgiennes. Ciels pyromanes, lumière intense des heures pleines, odeurs douces ou violentes des étals, repas carnassiers ou raffinés, douceurs chromatiques, terres rouges, à-plats vert tendre, corps secs, regards francs, visages aux mille sourires… Tout se bouscule.


Tout se bouscule, et pourtant, dans cette belle tempête, des sémaphores triangulent mes souvenirs. Le dernier, c’est la joyeuse fête de départ à la maison de Kok Thlok. Un de ces rares moments de grâce où tout semble aller de soi : le repas partagé dehors sur la natte, le bœuf musical improvisé jusque tard dans la nuit, les rires, et les regards échangés, les inflexions intimes des instruments et des chants, qui disent mille fois plus que tout mot ne saurait le faire. Nous quittons nos amis cambodgiens sous de bons auspices.

Je remonte le temps, et nous voilà samedi dernier à l’Institut Français de Phnom Penh, pour la troisième présentation d’ Un Œil , Une Oreille au Cambodge : « la dernière des premières. » (IMG 3) Dans le beau jardin de l’Institut, on affiche complet. La tension monte : la famille, les amis sont là ; les « officiels » aussi, Monsieur l’Ambassadeur et sa femme nous ont même fait l’honneur de venir. J’ai peur. Pas à cause de la famille, des amis ou de M. l’Ambassadeur. J’ai peur pour eux. Pour ces sept personnes au plateau, qui vont tout risquer une fois de plus, alors que le spectacle n’est pas encore créé. Apnée pendant une heure, et puis soulagement : ça passe ! Applaudissements nourris, de plus en plus nourris, et je sens qu’on y est, qu’on est en marche.


Flash back et dernier repère qui accroche définitivement tous les autres avec lui : ma première soirée au Cambodge. L’équipe était déjà au travail depuis 6 semaines. Je savais qu’un premier filage complet était prévu ce soir-là, à la tombée de la nuit. Le voyage, la chaleur, le contraste singulier des premiers instants dans un pays inconnu me laissaient désarmés, comme on devrait l’être à chaque fois qu’on voit un spectacle pour la première fois. Ce fut comme un choc : ces êtres de papier existaient ! Je veux dire : la photo de Koiba, de Ka, Malis, les esquisses de scénographies, la voix enregistrée de Malis, tout ces éléments qui nous ont servi à défendre ce projet sur le papier pendant 2 ans étaient là devant moi. Pour la première fois de manière si intense, je ressentais l’aboutissement concret de mon travail.

Le filage a commencé, et c’est un torrent qui m’emporte. Nom de Dieu, le spectacle est là devant moi qui se déroule comme par enchantement ! Difficile de décrire ce sentiment – j’ose le mot : Zen. Je suis touché par le choc de l’évidence, le satori si bien décrit par Roland Barthes lors de son voyage au Japon(1). Cette toute première « représentation » restera pour moi la plus belle. Nul doute que l’équipe d’Un Œil, Une Oreille aura à cœur de me faire mentir pendant les prochains mois. Rendez-vous en janvier, février et mars prochain pour s’en convaincre !


(1) BARTHES, Roland, L’Empire des Signes, Seuil, 1970

Retrouvez la Compagnie !

Pour suivre notre actualité, vous pouvez aussi nous retrouver sur notre page Facebook ! La newsletter des 3â (www.les3a.fr) vous informera également de toutes les prochaines représentations des spectacles de la compagnie, ainsi que de ceux de nos amis ! N'hésitez pas à vous y inscrire.

Toujours connectés !

Vous n'utilisez pas les réseaux sociaux ? Inscrivez votre adresse e-mail ci-dessous, afin de rester informés des prochaines représentations de nos spectacles :


Mentions légales

© Copyright 2014 Compagnie l’Aurore
Site réalisé par Studio SG et hébergé par 1&1 Internet SARL, 7, place de la Gare, BP 70109, 57201 Sarreguemines Cedex (FRANCE).