Entre ombre et lumière

Par Kalima

Publié le 23 octobre 2015

Me voici arrivée à Phnom Penh depuis maintenant une petite semaine. Chaleureusement accueillie à l'aéroport par Malis, Sovann et Fred, j'éprouve de la joie à revoir Fanny, Jean Christophe, François, Lili. Ma première soirée a été très courte. J'ai découvert le confort de ma petite chambre d'hôtel, à 5 minutes à pieds de la maison de Komphéak et Sophie, nos charmants hôtes, qui nous permettent d'utiliser leur maison pour travailler.

 

Dès le vendredi, je passe un petit peu de temps sur le « baj chak », un prototype d'instrument fabriqué par Simon et JC en France. « Baj chak » cela veut dire « riz frit » en khmer. Nous l'avons appelé ainsi en raison de sa forme de grosse gamelle. Je le sors de sa housse et de son papier bulle, le ré-accorde et le laisse reposer...

 

L'après midi, Fred me fait découvrir une partie du centre ville : tuk tuk, marchés foisonnants, circulation très dense et concerts de klaxons, air chargé de pollution, puis un petit tour à une exposition de cuirs, de nos amis de Kok Thlok. On marche pas mal, et nous ruisselons... petite pause à l'Institut français, qui d'après Fred à beaucoup changé depuis sa dernière visite. En bref, moi qui n'ait jamais vu le Cambodge, ni cette ville, je découvre par moi même, pour de vrai, les impressions, les couleurs, et surtout la musique de cette langue que je m'étais imaginée en prenant des leçons de khmer avec la méthode Assimil avant d'arriver.

 

La fin de ce vrai premier jour à Phnom Penh prendra la tournure d'une fête, annoncée en caractères khmers dans un menu indéchiffrable pour nous : crevettes au poivre, salade de bœuf cru, soupe de boulettes de poisson, travers de porc grillés, un festin...suivi d'une tournée des grands ducs. La première aventure vraiment cocasse arrive entre le resto et le (1er) bar. Nous décidons de monter à trois sur un scooter. Nous voilà partis Fred et moi derrière Jean Christophe, et là c'est le drame : crevaison ! Que faire ? Et bien, les choses se sont faites presque toutes seules. Un conducteur de tuk tuk passe par là, il nous fait comprendre que nous pouvons charger le scooter sur le tuk tuk, nous emmène à un réparateur à 2 minutes, qui trouve un clou dans le pneu, change la chambre à air et hop en 20 minutes c'est fini.

 

Voilà le genre de choses incongrues qui commencent à provoquer l'attachement pour un pays. La soirée finit bien arrosée, bien tard...

 

Le lendemain beaucoup plus calme me permet de commencer à atterrir pour de bon. Mon corps souffre de la chaleur extrême, mon moral prend la forme de montagnes russes.

 

Le lundi suivant, le travail commence. A midi, rendez vous avec l'équipe pédagogique du Lycée Français de Phnom Penh, qui va suivre la création de notre spectacle dans les semaines à venir. Puis l'après midi on fait de la place pour avoir un espace libre sous l’appentis et c'est parti ! On fait les présentations des équipes khmère et française, en se débrouillant avec des mots de français, de khmer et parfois d'anglais. Je découvre la belle Malis et sa douce voix, puis Ka, alter ego rythmique de Luc, Koiba et sa corporalité incroyable, et Sovann qui possède un savoir sur la danse classique khmère et nous le fait partager. Travail sur le corps, le mouvement, l'écoute mutuelle. Je termine cette journée épuisée émotionnellement, et physiquement. Une nuit de repos sera salvatrice.

 

Depuis les journées s'enchainent à une vitesse folle, une semaine déjà. Je suis passée par beaucoup de sentiments, entre euphorie et mélancolie. Mon cœur navigue entre ombre et lumière au gré des jours, et je pense ne pas être au bout de mes surprises...

 

 

PS : pour les habitués de la boîte à indices, aujourd'hui c'était l'indice n°10.

Retrouvez la Compagnie !

Pour suivre notre actualité, vous pouvez aussi nous retrouver sur notre page Facebook ! La newsletter des 3â (www.les3a.fr) vous informera également de toutes les prochaines représentations des spectacles de la compagnie, ainsi que de ceux de nos amis ! N'hésitez pas à vous y inscrire.

Toujours connectés !

Vous n'utilisez pas les réseaux sociaux ? Inscrivez votre adresse e-mail ci-dessous, afin de rester informés des prochaines représentations de nos spectacles :


Mentions légales

© Copyright 2014 Compagnie l’Aurore
Site réalisé par Studio SG et hébergé par 1&1 Internet SARL, 7, place de la Gare, BP 70109, 57201 Sarreguemines Cedex (FRANCE).